Saint-Exupéry, l’homme des records littéraires et aériens

Saint-Exupéry

Célèbre au monde pour ses œuvres, Saint-Exupéry est un écrivain français à la fois aviateur. Il a réalisé des médiations sur son destin, l’homme et la fraternité. La solitude et les immenses paysages sont les principales sources d’inspiration de l’artiste. Ce dernier a aussi une réelle passion pour l’aviation.

Biographie de Saint-Exupéry

Né en 1900 à Lyon, Antoine de Saint-Exupéry vient d’une famille noble. Son père est un comte et inspecteur d’assurances. Il meurt l’année des 4 ans d’Antoine. Ce dernier passe son enfance dans deux châteaux, dans l’Ain et dans le Var. Sa famille décide de s’installer au Mans quand il a 9 ans. La mère de Saint-Exupéry était infirmière durant la première guerre mondiale. Elle transmettait si bien la passion des beaux-arts à ses enfants. Antoine a étudié au collège jésuite de Notre-Dame de Mongré à Villfranche-sur-Saône. Dès 1915, il a été inscrit dans la Villa Saint-Jean des frères marianites à Fribourg. Cela a favorisé son épanouissement et son sens de la créativité. Même avec une scolarité peu brillante, Antoine de Saint-Exupéry a obtenu son baccalauréat à 17 ans. Il part étudier au lycée Bossuet de Paris. 2 ans plus tard, après son échec à l’oral du concours de l’École navale, il s’inscrit à l’École nationale supérieure des beaux-arts, section architecture en tant qu’auditeur libre. L’artiste a fait des petits emplois pour financer ses études. Pendant leur plus jeune âge, ils bénéficiaient de la lecture de contes et d’histoires saintes par leur mère. Cela a conduit à Saint-Exupéry d’avoir une réelle passion pour les romans de Dostoïevski. Il promet un culte à Baudelaire. Le talentueux adore les sonnets d’Henri de Régnier et le poète Albert Samain. Trouvez des informations complémentaires sur lessaintsperes.fr.

Les dates clés sur Saint-Exupéry

Peu brillant dans sa scolarité, Saint-Exupéry s’oriente vers les beaux-arts avant de devenir pilote d’avion à l’issu de son service militaire. Il écrit en parallèle des romans à l’instar de « Vol de nuit » et de la fameuse œuvre « Le Petit Prince ». L’écrivain à la fois aviateur disparaît en vol le 31 juillet 1944. Le 7 avril 1930, grâce à ses exploits en Afrique, il fait chevalier de la Légion d’honneur au titre de l’aéronautique civile. Le personnage est basé à Cap Juby, au sud-ouest du Maroc. Pendant 2 ans, il assure l’acheminement de courrier entre Toulouse et Casablanca, puis entre Casablanca et Dakar. Cela lui donne une source d’inspiration pour son premier roman « Courrier Sud ». En 1939, Antoine publie le roman Terre des hommes et il obtient le grand prix du roman de l’Académie française. Se déclinant en une série d’événements de la vie de l’artiste, l’œuvre est autobiographique. Elle retrace notamment son métier d’aéropostale. L’auteur relate plusieurs thèmes, dont l’amitié, la mort, l’héroïsme et la recherche de sens. L’histoire s’inspire principalement de l’accident de Saint-Exupéry dans le Sahara libyen, un incident dont il faillit mourir en 1935. À 44 ans, le talentueux disparaît le 31 juillet 1944 durant une mission de reconnaissance dans le sud de la France. Les causes de l’événement restent encore méconnues. L’écrivain laisse un tas d’ouvrages derrière lui.

Un aviateur célèbre

Depuis la sortie de son premier ouvrage « Courrier Sud » en 1929, le nom de l’artiste apparaît dans de nombreux journaux, notamment dans les rubriques littéraires et aéronautiques. Toutefois, c’est tout un autre événement d’aviation qui conduit l’artiste devant la scène médiatique en 1928. En pilotant sur la ligne Toulouse-Dakar, Saint-Exupéry rentre en France après avoir passé 18 mois à Cap Juby, dans le Sahara occidental où il occupait le poste de chef d’escale. Le personnage était en charge du ravitaillement des avions et des communications avec les tribus actives de la région. Avant un drame, ses aventures restent discrètes. La captivité de l’aviateur faillit cependant attirer l’attention du public. Cela a pris surface en été 1928. Joseph Kessel, souligne dans « Vent de sable », un livre de reportage dédié à la ligne Toulouse-Dakar que l’ingénieur Édouard Serre et le pilote Marcel Reine s’abîmaient dans le Sahara en juin. Ils s’en sortent pourtant indemnes de l’incident. Les deux hommes étaient capturés par des nomades maures. Ces derniers exigeaient une énorme rançon. Afin de louer l’héroïsme du pilote qui avait participé au sauvetage des otages, le journal emprunte l’image des chevaliers du ciel, une icône populaire depuis la première guerre mondiale. L’article indique que les aviateurs s’exposent en permanence à des risques élevés, car ils encourent la mort ou le martyre.

Un personnage célèbre

La veille de son départ à Saigon en 1935, Antoine de Saint-Exupéry passait comme un héros médiatique. Il était à la fois un écrivain et un aviateur de renom. Il est fortement associé à l’héroïsme et aux représentations collectives des valeurs. Le personnage se lance dans une nouvelle aventure avec le mécanicien Prévot. Cela est traité à l’égal d’autres raids de la même catégorie (à l’instar de Klein et de Pharabod). Après 3 jours d’angoisse, les journaux annoncent enfin la survie de l’équipage. Célèbre au monde à travers ses œuvres et son parcours, Antoine de Saint-Exupéry est désormais connu de tous. Il redonne vie à l’imaginaire nostalgique des anciens temps de l’aéropostale. En janvier 1936, l’écrivain devient un vrai héros stéréotypé de l’aviation. Joseph Kessel écrit dans « Paris-Soir » quelques mois après l’accident de Saint-Exupéry. Il évoque les traits les plus proéminents d’une légende qu’il a contribué à écrire. Même disparu depuis longtemps, le nom du légendaire reste célèbre.

Vêtements éco-responsables : trouver une boutique en ligne spécialisée
Trouver les meilleurs modèles de montres Pierre Lannier en ligne